Atelier/Ciné 2017-2018

Voici le programme des ateliers pour la nouvelle saison 2017/2018 :

Mercredi 28 mars 2018, 20h00
auditorium de la médiathèque de La Jarrie, à Olonne-sur-mer

marcel-pagnol-sur-le-tournage-de-sa-trilogie-marseillaiseMarcel Pagnol, sur le tournage de la trilogie Marius, Fanny, César
Le Cinéma des écrivains.   Pourquoi certains écrivains (français) éprouvent-ils le besoin, à un certain moment de leur carrière, de réaliser des films ? Que trouvent-ils de plus (ou de différent) dans le cinéma ?  Nous étudierons les cas de Marcel Pagnol, Sacha Guitry, Jean Cocteau, Samuel Beckett, Alain Robbe-Grillet, Marguerite Duras, Georges Perec, Eric Rohmer, Emmanuel Carrère, Virginie Despentes, Yann Moix…

Cet atelier entre dans le cycle de manifestations programmées par Grains de Mémoire (et d’autres partenaires locaux), intitulé « SI LA LANGUE FRANÇAISE M’ÉTAIT CONTÉE ? »


Mercredi 24 janvier 2018, 20h00
auditorium de la médiathèque de La Jarrie, à Olonne-sur-mer

Grand Sommeil rencontre B BLe grand sommeil, Howard Hawks
Le Film Noir, 1929-1959 (2ème partie).   Après avoir, dans un premier temps, analysé les caractéristiques stylistiques du Film Noir classique, nous en étudierons les caractéristiques narratives, les lieux, les enjeux, et, enfin, les personnages emblématiques.

Mercredi 18 octobre 2017, 20h00
auditorium de la médiathèque de La Jarrie, à Olonne-sur-mer

Assurance MortAssurances sur la mort, Billy Wilder
Le Film Noir, 1929-1959.   Dans l’introduction du Panorama du Film Noir américain (Champs Contre-Champs, Ed. Flammarion), paru en 1955, Raymond Borde et Etienne Chaumeton refusent de parler de genre à propos du Film Noir, lui préférant le terme de série. Néanmoins, dans Cinémaction n°68 (1993), Michel Cieutat affirme au contraire que le Film Noir constitue un genre à part entière, caractérisé par quatorze thèmes (le crime – la ville, la nuit – la femme fatale – la cupidité – le détective privé – le tueur à gages – le flic corrompu – une morale ambivalente – des perdants masochistes – l’apparition du sadisme – le renforcement de l’érotisme – le déterminisme – le pessimisme – des fins équivoques) et par huit spécificités narratives (des intrigues complexes – des histoires contemporaines – l’importance de la voix off – le cynisme expéditif du dialogue – des huis clos oppressifs – l’héritage de l’expressionnisme – la nécessité du noir et blanc – réalisme et cauchemar).
Le Film Noir est typiquement américain, même si l’expression est d’origine française. Il est né dans les années 30, avec l’apparition du film parlant. Le « film de gangsters » a connu un grand succès. Mais c’est à partir de 1944, et jusqu’en 1950 qu’apparaissent les vrais chefs d’œuvres du Film Noir. Pendant la décennie 1950-59, on assiste au déclin du genre, à cause de la crise de la fréquentation des salles, et de la restructuration des grands studios.